Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rock or bust world tour !

Publié le par Rockyou

Rock or bust world tour !

AC/DC n'a pas fini de renaître de ses cendres. Le groupe australo-britannique, mené par l'enjoué Brian Johnson et le survolté Angus Young, a rempli le Stade de Frace le 23 mai, dans le cadre du Rock or Bust World Tour. Face à eux : un parterre de fans aux cornes clignotantes, évoluant dans une ambiance bon enfant. Le second concert aura lieu mardi 26 mai. Pour cette première salve, ces légendes du hard-rock n'ont pas lésiné sur les moyens : scénographie dantesque, effets pyrotechniques et tubes pulsés à plein régime. Entre Hells Bells, Highway To Hell et le plus récent Rock or Bust, AC/DC a soulevé le public du Stade de France.

Ils étaient attendus comme les Messies du hard-rock. Angus Young (guitare), Brian Johnson (chant), Stevie Young (guitare), Cliff Williams (basse) et Chris Slade (batterie) ont réveillé les esprits le 23 mai au Stade de France. Une courte vidéo d'animation appuie leur arrivée, dans laquelle des astronautes découvrent une roche avec l'inscription AC/DC, qui s'enflamme et se transforme en météorite. Lorsqu'elle impacte la Terre, la bande australienne apparaît sous les hourras et lance sans plus tarder Rock or Bust, single de son dernier album, éponyme.

Avec une moyenne d'âge de 60 ans, AC/DC n'a rien perdu de sa superbe. La vigueur d'Angus Young, l'énergie de Brian Johnson et l'endurance de leurs camarades, notamment Chris Slade, qui ne ménage pas ses efforts derrière ses fûts, force l'admiration. Ils évoluent sur une scène surplombée d'une arche illuminée et imitant de la tôle froissée, coiffée de deux cornes du Diable. De chaque côté, quatre ensembles d'enceintes se déploient sur plusieurs mètres, tandis qu'un mur de trois rangées d'amplis Marshall tapisse l'arrière de la scène. Trois écrans géants, deux sur le côté et un au fond, retransmettent le show. De nombreux effets pyrotechniques sont utilisés.

Pendant deux heures, AC/DC assène ses tubes survoltés, sans jamais faire retomber la tension. Les incontournables Hells Bells, Playball, Highway To Hell, Thunderstruck ou encore T.N.T. ravissent le foule, qui a revêtu pour les trois quarts les fameuses cornes rouges clignotantes.

Commenter cet article